Et si vous deveniez le héros ou l'héroïne de votre vie?

Victime ou héros de sa vie ?

Très souvent, on a tendance à se sentir victime des circonstances, oubliant qu’au fond de nous sommeille un héros en puissance. Reprendre sa vie en main, faire face aux limites imposées, affronter ses peurs, réaliser son potentiel, oser prendre sa place dans la société… voilà quelques-unes des quêtes héroïques qui peuvent être entreprises. D’autres voyages héroïques peuvent se traduire par un deuil à faire, un événement à accepter (licenciement, départ à la retraite…), une maladie à affronter, une dépression à surmonter et bien d’autres choses encore. En fait, tous les obstacles et difficultés de la vie sont l’occasion de réveiller le héros endormi.

L’épreuve : l’occasion de se prouver à soi-même

D’ailleurs, quand on regarde ces obstacles et difficultés avec les yeux du héros, ils deviennent des épreuves c’est-à-dire des occasions de se prouver à soi-même qu’il est possible d’aller au-delà des peurs, au-delà des problèmes et de réaliser ce dont on doutait être capable. L’épreuve, une fois dépassée, offre la preuve de nos capacités et révèle des ressources intérieures souvent insoupçonnées.

Sans peur, pas de courage et sans courage, pas de héros

Crédit photo: Cathia Deharbe
Crédit photo: Cathia Deharbe

Bien sûr, inconfort et sensations désagréables peuvent être au rendez-vous dans un premier temps, mais n’oubliez pas : sans peur, il n’y a pas de courage. Hors l’une des caractéristiques du héros est justement celle du cœur, le héros est courageux : il sait que pour tendre vers le mieux-être, découvrir les trésors qu’il porte en lui, il faut d’abord faire face aux monstres qui l’habitent.

 

Je dis « faire face aux monstres qui l’habitent » car la psychothérapie consiste souvent à aller voir en nous, ce qui crée du conflit, ce qui nous limite, de même qu’elle consiste à apprivoiser nos monstres, ces parties de nous laissées dans l’ombre pendant si longtemps qu’elles en sont parfois devenues insupportables et imprévisibles, surgissant d’on ne sait où (ce qui peut se traduire par des actes ou paroles qui surprennent et à propos desquels on dit ce n’était pas moi ou je ne l’ai pas reconnu en parlant d’un autre). Entrer en contact avec ces parties de nous que nous ne voulions pas voir jusqu’à présent ou dont nous ne savions que faire, voilà l’une des fonctions de la thérapie… Il n’y a pas que les monstres qui se tapissent dans l’ombre, il y a aussi des compétences insoupçonnées, des qualités que l’on admirait chez d’autres et dont un jour, nous réalisons être porteurs… L’ombre étant tout ce que nous n’avons pas encore éclairé de la lumière de notre conscience. 

Répondre à l'appel du héros

Entreprendre une thérapie peut-être vue comme le réveil du héros, comme une réponse à l’appel de cette force qui cherche à éclore… Bien sûr, une fois l’appel clairement entendu, il est toujours possible de le refuser ; néanmoins, tôt ou tard, l’appel pourrait bien se faire sentir de nouveau, chaque fois un peu plus fort (au début ça peut-être un désir de grandir, puis ça peut-être un problème, un symptôme, une dépression…) car l’énergie du héros est puissante: il lui faut s’exprimer d’une façon ou d’une autre.

 

Répondre positivement à l’appel est le premier acte héroïque que nous pouvons entreprendre, oui j’entends que quelque chose cherche à se dire à travers ce mal-être ou ces peurs… oui, je m’engage à partir à la découverte de ce mystère, pour peut-être trouver le ou les trésors qui se cachent derrière.

L'aventure thérapeutique: une aventure héroïque

Mais il n’est pas toujours aisé de se lancer dans l’aventure et pour ce qui est de l’aventure thérapeutique, cela nécessite souvent de prendre un risque: celui du premier rendez-vous… puis de s’engager vers l’être que nous voulons devenir.

Partir à la découverte de soi pour se révéler à soi-même (et peut-être au monde) est une aventure héroïque !

 

Cathia Deharbe